Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Docteur Parissa Zandi

stent-2.jpg 

STENT est un ressort en métal (acier ou autre généralement nitiol).


Une Technique Endovasculaire ou "Angioplastie per cutanée" est une technique qui permet de déboucher une artère encrassée, sans « ouvrir ». Elle se pratique sur un patient à jeun et sous anesthésie locale, dans une salle de radiologie équipée.

Avec une aiguille fine, on fait pénétrer par l’aine (rarement le poignet) un guide dans l’artère. Au bout de ce guide, il y a un ballonnet gonflable. On repère la plaque d’athérome par radiographie après injection dans l’artère d’un produit de contraste iodé.
 
On monte le ballonnet au niveau de la plaque d’athérome et on gonfle le ballonnet de façon à écraser la crasse accumulée contre la paroi de l’artère.
 
Parfois un stent est posé au même moment, au niveau de la zone dilatée pour maintenir les parois de l’artère non rétrécies.
 
On vous garde hospitalisé 1 à 2 jours.
 
Un traitement anti aggrégant est à prendre par la suite.

Vous avez la possibilité de voir une explication animée ainsi qu'une video sur le site du service de Radiologie Interventionnelle de l'Hôpital Européen Georges Pompidou - rubrique patient / intervention en image: dilatation.


La Plaque d'Athérome

 C’est le dépôt de « crasse » sur la paroi des artères. Cette crasse se calcifie avec le temps. Deux conséquences :
- l’accumulation de cette crasse rétrécie l’artère et gêne la circulation du sang.
- la crasse s’enracine dans les parois de l’artère et lui fait perdre son élasticité.


Ou se déposent les plaques d'athérome?
- les Coronaires : artères qui alimententtuyauterie.jpg le cœur.
Les plaques déposées peuvent entraîner une angine de poitrine voire un infarctus du myocarde.
- les Carotides : artères qui alimentent le cerveau,
Les plaques déposées peuvent entraîner un accident vasculaire cérébrale.
- les Artères rénales : artères qui vascularisent les reins.
Les plaques déposées peuvent être à l’origine de certaines formes d’hypertension artérielle et de dysfonctionnement des reins.
- les Artères des membres inférieurs
- les Artères des membres supérieurs
- les Artères digestuves
- les Artères génitales :
en particuliers chez les hommes, les plaques déposées peuvent entraîner des pannes sexuelles d’origine vasculaire.


Qui risque de développer des plaques d'athérome?
- les fumeurs,
- les diabétiques,
- ceux qui  ont du cholestérol en excès,
- les hypertendus,
- les obèses,
- les dialysés rénaux,
- ceux qui ont des parents atteints de ce type de maladie cardiovasculaire.


Comment les dépister?

Idéalement, il est souhaitable de dépister les plaques d’athéromes avant qu’elles ne fassent parler d’elles.
Le dépistage des plaques s’effectue de préférence au niveau des artères coronaires et des carotides.
 
Si vous êtes à risque d’avoir des plaques d’athérome, votre médecin saura vous adresser :
- à un Cardiologue pour vérifier l’état de vos artères coronaires par un test d’effort en première intention.
 
- à un Angiologue en vue d’une échographie doppler des carotides.
Cet examen permet de visualiser les plaques, de les mesurer et d’apprécier le degré de rétrécissement de l’artère.
Les plaques dépistées sont à surveiller par ce même examen tous les 6 mois à 1 an.



Quand décide-t-on de dilater ou de poser un stent?

Généralement, on intervient quand le rétrécissement de l’artère entraîne des symptômes :
- une angine de poitrine,
- un accident vasculaire cérébral transitoire,
- une hypertension artérielle qui ne s’équilibre plus avec le traitement,
- des douleurs à la marche s’aggravant,
- une impuissance sexuelle …
 
Les indications sont posées de préférence par votre Cardiologue ou votre Angiologue en concertation avec l’équipe interventionnel.
 
Tout dépend du nombre de plaques responsables, de l’artère à soigner, de son degré de rétrécissement, de la nature calcifiée ou non de la plaque responsable et de la longueur de cette plaque.
 
Quelquefois les possibilités endovasculaires sont dépassées et la chirurgie s’impose. 


Quels sont les risques de la Dilatation?
1/ au cours de la dilatation

- de minimes fragments de plaques peuvent se détacher et partir dans la circulation.
 
- l’artère peut se boucher immédiatement sous l’effet de la dilatation – on pose alors tout de suite un stent.
 
Le traitement anti aggrégant prescrit dans les suites d’une dilatation est en prévention de ces phénomènes.
 
- SAIGNEMENT assez rare – on recours immédiatement soit à la pose d’un stent soit à la chirurgie.
 
- ECHEC

2/ dans les suites immédiates d'une dilatation
- SAIGNEMENT au pli de l’aine au niveau du point d’introduction du cathéter. Après une dilatation, une compression prolongée est systématiquement effectuée avant l’autorisation de vous lever.
 
- Réaction d’allergie aux produits de contraste iodés. Si vous avez une allergie déjà connue, vous devez en parler à la consultation préalable à la dilatation – ce qui permet au médecin de prendre toutes les précautions qui s’imposent.

3/ à distance d'une dilatation
- l’artère dilatée peut se rétrécir à nouveau.
Cela survint généralement dans la première année qui suit la dilatation.
 
Le succès de la technique dépend surtout de la correction des facteurs de risque, en particulier, l’arrêt du TABAC.



 Rythme des contrôles après dilatation
Après dilatation avec ou sans pose de stent :
 
- si le stent est posé au niveau de vos coronaires – une consultation cardiologique est nécessaire tous les 6 mois.
 
- Concernant les artères autres que les coronaires, vous devez effectuer un contrôle par échographie doppler au bout d’un mois, puis 3 mois puis 6 mois puis un an puis tous les ans. 



apocalypse.jpg

El Greco - Apocalypse