Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Docteur Parissa Zandi

Sujet d’actualité.

Un vrai casse tête pour les personnes qui cherchent à comprendre comment procéder pour cette obligation légale.

                           Hippocrate
 
Hippocrate.jpgL’idée est noble évidement, la science étant en perpétuelle évolution vers l’avant (parfois avec des retour en arrière) – il est indispensable pour tout médecin en exercice de se tenir informé - une sorte de garantie de soins diagnostiques et thérapeutiques qu’il serait à même de porter à ses patients.
 
Je ne souhaite pas rentrer dans la polémique de ce que sont les possibilités offertes à nous médecins - VALIDANTES actuellement – pour la bonne raison que cela reste assez nébuleux pour moi et dépasse ma sphère de compréhension modeste ...
 
Je partirais du principe de mon bon sens personnel.
 
Qui m’a appris ce que je sais faire ? La Faculté – mes Maîtres de Stage – ma pratique quotidienne – et les avis que j’ai dû demander en cas de questions épineuses. Ces avis je les ai toujours pour ma part demandé à mes Maîtres hospitaliers. Pourquoi ? Eh bien parce qu’une partie de leur temps est dédiée à l’enseignement, à la recherche et à la lecture des derniers nouveautés. Ils ont l’esprit critique et une expérience précieuse.
 
Ces nombreuses réunions associatives – conviviales certes – financées par les laboratoires pharmaceutiques sont sympathiques. Permettent de rencontrer d’autres confrères, de discuter avec eux de leurs pratiques mais bien souvent on découvre des diaporamas sortant à toutes les sauces d’une réunion à l’autre, un genre de copié collé que l’intervenant sort de son tiroir. Ces réunions sont organisées bien souvent par toujours les mêmes, une sorte d’ensemble de chaises musicales avec parfois – et je n’ai pas ma langue dans ma poche dans certaines associations des personnes peut être compétentes mais éthiquement et humainement sujets à surprises. Pour ma part, les interventions qui ont pu modifier ma pratique quotidienne dans ce type de réunions ont pratiquement toujours été l’intervention d’un expert hospitalo universitaire.
 
Une des difficultés dans les congrès organisées par les sociétés savantes réside le plus souvent de trouver une place dans les ateliers pratiques. Les places étant limitées dans chaque atelier – tout le monde n’a pas cette « chance » de pouvoir s’inscrire dans l’atelier de son choix, les places étant prises d’assaut par ceux qui se sont manifestés les premiers.
 
A combien d’associations, de sociétés savantes faut-il s’affilier, à combien de soirées ou de journées faudra-t-il consacrer son temps, à combien de revues faudra-t-il s’abonner, combien de cotisations faudra-t-il payer pour récolter le nombre de points nécessaires validant ? Et quelles critères garantissent que la personne avec le nombre de points requis est effectivement au fait d’une pratique consensuelle? Qui est juge dans cette affaire: la Caisse Primaire d’Assurance Maladie ? L’Union Régionale des Médecins Libéraux ? Le Conseil de l’Ordre?
 
undefinedIl arrive que les pouvoirs publics soient amenés à intervenir pour mettre de l’Ordre dans certains Désordre. Je pense à la dissolution récente du Conseil de l’Ordre de Paris par la personne même du Ministre de la Santé il me semble - avec des élections actuellement en cours. Un peu malheureux de ne pas savoir ce qui a pu provoquer une telle intervention. Nous avons le droit de savoir. Non seulement pour une question de présomption à l’innocence pour ceux qui sont impliqués mais bon Dieu, il s’agit d’élire parmi des personnes candidates celles qui sont supposées garantir l’éthique de notre profession!
Et combien d’autres Désordres existent-ils et restent étouffés ? Comment faire confiance si dans un pays qui se veut modèle de justice et de justesse – un malaise puisse régner du fait de non-dits, non-dévoilés auxquels nous avons droits ne serait ce qu'en tant que membres cotisants ... décourageants pour un dynamisme nécessaire à l’évolution saine de nos pratiques médicales ?
 
A suivre ….
 
  lien vers un site entièrement dédié à ce sujet: Blog FMC - le dialogue en continue