Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Docteur Parissa Zandi

jeudi 27 janvier

Première intervention endovasculaire cérébrale réalisée sur un nouveau-né de très petit poids à l’hôpital Bicêtre (AP-HP)

link

 

"A l’hôpital Bicêtre (AP-HP), les équipes des services de neuroradiologie et de réanimation pédiatrique et néonatale ont récemment opéré un nouveau-né prématuré de 2,080 kg atteint d’une malformation artério-veineuse grave de la veine de Galien. Il s’agit de la 1ère intervention de ce type réalisée sur un nouveau-né de très petit poids.
Nouveau-né de petit poids

Les malformations de la veine de Galien sont les plus fréquentes des malformations artério-veineuses cérébrales de l’enfant. Environ 30 % d’entre elles sont dépistées in utero au cours de l’échographie de second ou troisième trimestre. En dehors d’une gêne au développement cérébral, cette malformation peut générer une insuffisance cardiaque les jours suivant la naissance, engageant à très court terme le pronostic vital. Les nourrissons atteints par cette pathologie doivent être opérés rapidement après leur naissance pour traiter leur insuffisance cardiaque et leur permettre de retrouver des conditions de vie normales. Depuis dix ans, près d’une quarantaine de nouveaux-nés ont été pris en charge pour cette malformation à l’hôpital Bicêtre (AP-HP), qui est centre de référence pour les pathologies malformatives neurovasculaires pédiatriques. Une intervention a pu être pratiquée chez plus de la moitié d’entre eux dans leur premier mois de vie, mais jamais encore sur un nouveau-né de si petit poids. Ce très faible poids augmente la complexité de l’opération, dans la mesure où les artères, à cet âge, mesurent parfois moins d’un millimètre.

Pris en charge début novembre par le Dr Saliou, responsable de l’unité de neuroradiologie interventionnelle au sein du service de neuroradiologie du Pr Ducreux, le nouveau-né se porte bien.

« Ce n’est pas parce qu’on ne l’avait jamais fait que ce n’était pas le moment de le faire, les premières de ce type ne sont pas préméditées, elles arrivent lorsqu’il faut sauver un patient » explique le Dr Guillaume Saliou. Jusqu’à récemment, les nouveaux-nés de très petit poids étaient exclus des ressources thérapeutiques médicales. « Nous n’en serions pas là sans le travail qu’a mené le Pr Lasjaunias à partir du début des années 80. Il fut un véritable pionnier dans la stratégie de prise en charge de ces petits patients » ajoute le Dr Saliou. La réussite de cette intervention ouvre la perspective de pouvoir désormais prendre en charge ces malades en leur proposant un traitement."

Pauline Lalande