Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Docteur Parissa Zandi - Médecin Vasculaire / attaché à l'hôpital Européen Georges Pompidou de Paris - FRANCE

Articles récents

Grand Prix de Fondation de France attribué au Pr Menasché (Chirurgie cardio-vasculaire HEGP)

28 Mars 2013 , Rédigé par Docteur Parissa Zandi Publié dans #Questions d'Actualité

Le Grand prix de la Fondation de France a été attribué en février 21013  au Pr Philippe Menasché, Professeur des universités (chirurgien thoracique et cardio-vasculaire), et directeur de l’unité Inserm 633 « Thérapie cellulaire en pathologie cardio-vasculaire » de l’hôpital européen Georges-Pompidou (AP-HP) qui a réalisé chez l’homme les premières greffes de cellules souches musculaires, les myoblastes, dans le myocarde. Cette utilisation des cellules souches embryonnaires se présente comme une perspective thérapeutique prometteuse de restaurer un myocarde malade.

 

Actuellement, l’équipe du Pr Menasché étend ses travaux à la thérapie cellulaire de malformations cardiaques congénitales de l’enfant. Elle a déjà montré que la greffe de cellules issues du cordon et combinées à un biomatériau spécifique donne des résultats très encourageants.

 

« L’espoir d’un cœur réparable pour des patients de tous âges se concrétise pas à pas ».

Lire la suite

Le syndrome de Marfan beaucoup mieux contrôlé

21 Mars 2013 , Rédigé par Docteur Parissa Zandi Publié dans #Questions d'Actualité

"Qu’est-ce que le syndrome de Marfan ?
Le syndrome de Marfan est une pathologie génétique rare, généralement liée à un défaut en fibrilline, une molécule qui se trouve dans tout l’organisme et participe à la solidité des tissus. Ce syndrome comprend des signes squelettiques, ophtalmologiques (pouvant conduire à la cécité), cutanés, neurologiques, et cardiaques qui sont les plus graves : le risque vital est lié à la dilatation de l’aorte, vaisseau principal de l’organisme, qui risque de disséquer, puis de se rompre.

Le point thérapeutique le plus critique est de savoir quand opérer ces patients pour remplacer la partie de l’aorte la plus fragile, pas trop tôt pour ne pas prendre de risque inutile, et pas trop tard pour éviter la dissection aortique.

 

 

 

Pourquoi effectuer une analyse de cohorte de patients ?

L’indication opératoire doit être posée quand le risque évolutif propre de la maladie le justifie. Or l’évaluation des risques chez un patient donné était difficile du fait de l’absence de cohorte de taille suffisante, suivie de façon optimale pendant un temps suffisant, avec les standards modernes de diagnostic, de prise en charge et de suivi.

 

 

 

Qu’ont permis de comprendre vos travaux ? Quels en sont les bénéfices pour les patients ?

A partir de la cohorte des patients venus au moins 2 fois au centre de référence (732 patients suivis en moyenne 6.6 ans), il a été possible de montrer que le risque de dissection de l’aorte augmente avec le diamètre maximal du vaisseau. Nous avons également pu évaluer ce risque et ainsi établir qu’une opération de remplacement de l’aorte ascendante se justifiait en règle générale lorsque le diamètre maximal de l’aorte atteignait 50mm.

Nos travaux montrent également qu’une prise en charge moderne, avec un suivi régulier, conduit à un risque de dissection aortique ou de décès brutal de l’ordre de 0.05 pour cent ans dans cette population autrefois considérée à pronostic réservé (50% de mortalité à 40 ans selon les premiers papiers). Ceci est en accord avec le gain de 30 ans d’espérance de vie au cours des 30 dernières années.Ces résultats ont été rendus possibles par l’accumulation d’une expérience importante, bénéfice à moyen terme du plan maladies rares, permettant les analyses d’un important fichier de patients.

Pr Guillaume Jondeau"

Lire la suite

Hyper Tension Artérielle Pulmonaire (HTAP) : découverte d’un marqueur génétique associé à une augmentation de risque

21 Mars 2013 , Rédigé par Docteur Parissa Zandi Publié dans #Passionant

Un marqueur génétique localisé sur le chromosome 18, serait associé à un doublement du risque d’hypertension artérielle pulmonaire (HTAP). Un gène à proximité de ce marqueur est suspect d’être responsable d’une augmentation du risque de la maladie, selon une étude académique publiée dans Nature Genetics le 17 mars 2013.

htap43L’HTAP est une maladie rare et sévère qui touche spécifiquement les petites artères du poumon et entraine une défaillance cardiaque grave. Cette maladie touche préférentiellement la femme jeune et survient sans explication dans 50% des cas. En dehors des mutations identifiées principalement dans les formes familiales de la maladie, les autres facteurs de prédisposition génétique sont encore méconnus.

 

Ce résultat a été obtenu à l’issue d’un travail conduit par trois équipes françaises et qui a nécessité des collaborations en Europe et aux Etats-Unis. En étudiant des patients atteints d’HTAP pris en charge par les pneumologues du centre national de référence de l’HTAP de l’hôpital Bicêtre (équipe des Prs Gérald Simonneau et Marc Humbert, AP-HP, UMRS 999, Université Paris-Sud, INSERM, DHU-TORINO), les généticiens (équipe du Pr Florent Soubrier, UMRS 956) et biostatisticiens (équipe du Dr David Tregouët, UMRS 937) de l’hôpital Pitié-Salpêtrière (AP-HP, Université Pierre et Marie Curie, IHU-ICAN) ont mis en œuvre une analyse génétique portant sur plusieurs centaines de cas et de sujets contrôles. L’analyse a fait appel aux techniques de puces à ADN permettant d’étudier simultanément des centaines de milliers de marqueurs génétiques répartis sur tout le génome. Grâce à la collaboration internationale, ces chercheurs ont pu démontrer l’existence d’un marqueur génétique localisé sur le chromosome 18 dont la présence chez un individu multiplie par 2 son risque d’HTAP. Ce marqueur est situé à proximité d’un gène qui pourrait, d’après les travaux préliminaires de ces chercheurs, participer à un système de régulation vasculaire non encore décrit.

 

 

Références:

Lire la suite

Antécédent d’AVC et maladie coronaire : une combinaison fatale

8 Mars 2013 , Rédigé par Docteur Parissa Zandi Publié dans #CAROTIDES

Antécédent d’AVC et maladie coronaire : une combinaison fatale

Les maladies cardio et cérébro-vasculaires représentent les deux premières causes de mortalité au monde. Elles sont parfois associées chez un même patient et leur combinaison représente à la fois un risque considérable pour le patient et un défi thérapeutique.

 

L’équipe du service de cardiologie de l’hôpital Bichat et de l’Unité mixte Inserm 698 (AP-HP, Université Paris Diderot), en collaboration avec des équipes internationales a étudié une cohorte de patients atteints de maladie coronaire. Cette étude a mis en évidence chez les patients ayant des antécédents d’accident vasculaire cérébral (AVC) ou d’accident ischémique transitoire (AIT) non seulement un risque plus élevé d’événements cardio-vasculaires mais aussi d’événements hémorragiques, soulignant le défi thérapeutique que représente la prise en charge de ces patients. Les travaux ont fait l’objet d’une publication on-line dans la revue Circulation.

 

 

Donc en un maitre mot: 

PREVENTION

par le dépistage

des Facteurs de Risques:

 

- Hérédité

- une surcharge en mauvais cholestérol (LDL)

- le diabète

- le TABAGISME

- le surpoids

- une Hypertension

 

et dans le cas de présence de facteurs de risques: faire pratiquer par un médecin vasculaire une échographie des vaisseaux du cou pour dépister d'éventuelles plaques d'athéromes :

Le dépistage de ces plaques peut modifier votre traitement médicamenteux

ET

nécessiter une surveillance régulière de l'évolutin de ces plaques.

 

 

D’après une communication conjointe

Inserm / AP-HP / université Paris Diderot  ( communiqué de presse)

Lire la suite

Arrêter de fumer (2) suite et fin

11 Janvier 2013 , Rédigé par Docteur Parissa Zandi Publié dans #Liens utiles

Une adresse qui a fait ses preuves:

 

Dr Michel CHAST médecin généraliste sait - en UNE SEANCE UNIQUE - faire arrêter de fumer.

Nombreux sont les témoignages de mes patients.

Adresse 13 rue du TRONCHET 75008 PARIS

TEL: 01 47 42 72 46

 

Je tiens à mettre cette adresse. Je suis si en colère qu'aucun gouvernement nulle part au monde n'interdise la vente de ce fléau dont les méfaits sont bien connus aujoiurd'hui et sans conteste.

 

J'ai de la peine de constater  nos enfants se mettret à fumer si jeune .....

 

Faites vous faire un contrôle de vos artères par échographie doppler même quand vous avez arrêté de fumer - pour un "état des lieux" préventif.

 

 

Lire la suite

Danger de Mutualisation du systeme de soin en France

26 Novembre 2012 , Rédigé par Docteur Parissa Zandi Publié dans #Questions d'Actualité

Français

savez  vous que le gouvernement veut instaurer un parcours de soin obligatoire pour les patients à partir de 2013 - les obligeant de voir avec leur Mutuelles: leur liste de médecins chez qui vous pouvez consulter pour être remboursé?!!

 

par ailleurs d'autres mesures sont prises pourque les médecins ayant besoin d'équipements pour exercer leur métiers ne puissent plus rentrer dans leurs charges - les obligeant de mettre la clé sous la porte pour devenir salariés de mutuelles?!!!

 

pour en savoir plus link

 

Si vous voulez garder votre liberté dans le choix des médecins et dentistes que vous voulez consulter;

si vous voulez préservez ce que le monde entier a jusqu'à présent envié à la France: son systeme de soins solidaire et de qualité

venez à la manifestation prévue dimanche 02/12/2012

à 14H à Paris devant le SENAT pour marcher jusqu'à la MUTUALITE pour protester.

 

Les suisses ont  refusé ce syteme par REFERENDUM ....

 

http://www.lematin.ch/suisse/Les-reseaux-de-soins-essuient-un-cuisant-echec/story/24866646

Lire la suite

Laser VASCULAIRE

30 Octobre 2012 , Rédigé par Docteur Parissa Zandi Publié dans #laser, #vasculaire, #traitement, #couperose, #varicosités, #varices

 Qu'est ce que le laser Vasculaire?

Les lasers que j’utilise sont:

- le Laser à Colorant Pulsé / appareil V Beam Perfecta de Candela - émettant une lumière verte (longueur d’onde : 595 nm) dont l’énergie est absorbée sélectivement par l’hémoglobine (pigment rouge des vaisseaux). Ce laser très spécifique permet de traiter les tâches ROUGES  vasculaires étendues sans endommager les structures avoisinantes de la peau.

 

- le laser KTP/ appareil diode LASERING -  émettant une lumière verte (longueur d’onde : 532 nm) dont l’énergie est absorbée sélectivement par l’hémoglobine (pigment rouge des vaisseaux) et par la mélanine. Ce laser permet de traiter les varicosités ROUGES ainsi que des taches pigmentaires de la peau.


 Que peut-on traiter avec ces lasers?

- le Laser à Colorant Pulsé  est le traitement de choix :

Des angiomes plans de naissance (ou taches de vin) traitement possible dès 3 mois de naissance

De la couperose

 
- le laser KTP   est le traitement de choix :

- Des varicosités rouges

- Des angiomes stellaires des ailes du nez
Des angiomes rubis
Des cicatrices brunes inesthétiques post opératoires

- Des taches pigmentaires de la peau comme les taches de vieillesse et des taches de rousseur

 

 Combien de séances sont nécessaires?

Erythrose et/ou Couperose :
Il s’agit d’une maladie vasculaire de la peau avec une dilatation permanente des petits vaisseaux sanguins ou capillaires – survenant sur un terrain prédisposé.
 
On distingue DEUX formes de couperose :

La COUPEROSE VRAIE
Les vaisseaux présentent des trajets fins individualisés sur la surface de la peau.

L’ERYTHROSE
Se caractérise par une rougeur diffuse.
Sur l’érythrose, apparait au fil des années des capillaires visibles à l’œil formant des petits « cheveux rouges » ou « télangiectasies ». On parle alors d’érythro-couperose.

A chaque stade, il peut être associé à des bouffées vaso-motrices ou flushs pouvant revêtir l’aspect de « bouffées de chaleur ». Ces flushs surviennent généralement à chaque changement de température (passage d’une atmosphère froide à une atmosphère chaude), l’exposition solaire, ainsi que la consommation d’alcool même en petite quantité, la consommation de boissons chaudes ou de plats épicés.


Le Laser à Colorant Pulsé est  le seul laser qui efface l’érythrose souvent associé à la couperose.

En général après un premier passage, on constate une nette atténuation de la rougeur.

L’action sur les flushes (rougissement brutaux et transitoires) est plus modérée mais réelle.

Le but du traitement est de provoquer la destruction ciblée des vaisseaux sanguins dilatés.
Deux modes opératoires possibles :
Soit en chauffant progressivement les vaisseaux (photo coagulation)
Soit en provoquant leur éclatement (photo-thermolyse) :

Environ 5 séances espacées d’au moins 6 semaines.

En moyenne, un traitement
SANS purpura peut nécessiter jusqu’à 5 séances espacées de 2 mois.

AVEC purpura, une à trois séances peuvent être suffisantes.

 

Angiomes plans :
Environ 7 à 12 séances espacées de 3 mois.
L’éclaircissement de l’angiome plan se fait progressivement mais aboutit rarement à une disparition totale surtout s’il est épais.

 

Angiomes stellaires :
1 à 3 séances espacées de 4 à 6 semaines. Les échecs sont possibles si l’angiome est très épais ou possède un gros pédicule vasculaire.

 

Varicosités :
le nombre de séances dépend de l'étendue des lésions / séances espacées de 4 à 6 semaines.

 

taches rubis - taches pigmentaires :
le nombre de séances dépend de l'étendue des lésions habituellement 1 à 3 / séances espacées de 4 à 6 semaines.

 

 

 

 

Combien de temps dure une séance?
- 20 à 60 minutes en fonction de la surface à traiter.

 

 

 

La séance est-elle douloureuse?
 Le tir laser provoque une sensation de « coup d’élastique » accompagnée d’une légère sensation de brûlure locale.

Le laser V-Beam est équipé d’un système anti douleur très efficace qui refroidit la peau permettant d’augmenter le confort et empêchant les risques de brûlure.


 

Quelles réactions après une séance?

Les réactions immédiates sont variables suivant les réglages utilisées :

- Rougeur avec sensation d’échauffement pendant 2 à 3 jours.

- Gonflement ou œdème, surtout sous les yeux (où la peau est plus fine) pendant 48H.

- Parfois en cas d’atteinte importante – je pourrais proposer un traitement avec survenue d’un « purpura » (ecchymoses) au niveau des zones traitées qui peut durer 10 à 15 jours / avec éviction sociale nécessaire – mais garantissant une efficacité réelle.

- Exceptionnellement, des croûtes et des bulles apparaissent – elles vont disparaitre en 1 à 2 semaines.
- Quelques fois une hyperpigmentation brune modérée apparait et s’estompera en 2 à 6 mois.

- Les hypo pigmentations sont extrêmement rares et toujours transitoires.

- Il n'y a jamais de cicatrices chéloïdes .


Les résultats sont visibles dans un délai de 6 à 8 semaines et peuvent s’optimiser en 4 mois.

 

 Quelles sont les précautions AVANT une séance?

Le laser s’effectue sur une peau NON bronzée (risque de brûlures ou de colorations).

Il faut éviter le bronzage et les UV (délai de 1 mois AVANT et 1 mois APRES).

Il faut arrêter les médicaments « photo sensibilisants » quelques jours avant la séance.

L’aspirine et les traitements anticoagulants majorent le PURPURA provoqué par le traitement laser / mais ne sont pas des contre-indications absolues.

 

 

Quelles soins APRES la séance?

Ces recommendations sont uniquement pour le laser à Colorant Pulsé:

- Le jour de la séance : application d’une vessie de glace sur la zone traitée.

- Des pulvérisations d’eau thermale peuvent être renouvelées à volonté.

- Dormir la tête sur élevée (oreillers supplémentaires) les 3 nuits suivants.

- Un écran total indice 50+ SFP à appliquer régulièrement sur les zones traitées exposées au soleil.

- Un maquillage camouflage est parfaitement possible tout de suite après le laser.

 

 Prise en charge par la sécurité sociale?

Malgré son efficacité reconnu - seul l’angiome plan est pris en charge par la sécurité sociale.

 

 

Lire la suite

Un service dédié aux Urgences AORTIQUES à l'Hôpital Européen Georges Pompidou - Paris

31 Août 2012 , Rédigé par Docteur Parissa Zandi Publié dans #Liens utiles

"A l’hôpital européen Georges-Pompidou (AP-HP), une structure originale et unique en France est dédiée à la prise en charge 24h/24 des urgences aortiques. Baptisée SOS Aorte, elle répond au besoin des SAMU et des services d’accueil des urgences de référer le plus rapidement possible ces urgences vitales.

 

L’aorte est le plus gros et le principal vaisseau du corps. Partant du coeur, il distribut le sang oxygéné à l'ensemble des tissus de l'organisme - à l'exception des poumons.

 

Les urgences aortiques regroupent une famille de pathologies de l’aorte qui représentent une urgence médico-chirurgicale absolue. Chaque année, environ 10 000 personnes sont victimes d’accidents très graves de l’aorte : rupture d’anévrisme, rupture aortique, aorte bouchée à l’origine de l’infarctus… Ces pathologies touchent souvent  une population relativement jeune et active, entre 50 et 60 ans.

 

 

C’est pour prendre en charge le mieux possible ces urgences vitales* que le programme SOS Aorte a été mis en place à l’HEGP il y a 3 ans. La prise en charge, pluridisciplinaire, est assurée par une équipe de chirurgiens cardiaques, vasculaires et endovasculaires habitués à travailler ensemble, avec l’appui d’une réanimation spécialisée cardiovasculaire et d’un plateau technique de radiologie interventionnelle sur site.

 

 

Avec SOS Aorte, les équipes se sont organisées pour être en mesure d’accueillir, 24h sur 24, les urgences aortiques, quelque soit la pathologie ou leur provenance. Pour ce faire, un numéro d’appel unique a été mis en place pour les hôpitaux et services de secours susceptibles d’adresser des patients. Au bout du fil, un médecin anesthésiste senior, capable après échange avec l’équipe chirurgicale, de prendre en quelques instants la décision d’admettre ou non le patient au sein de l’unité. Une équipe de chirurgie se prépare alors et confirme, le plus rapidement possible, le diagnostic suspecté du patient admis. Il est ensuite emmené, sans perte de temps, au bloc opératoire.

Depuis sa création en 2009, 287 patients ont été accueillis, contre 174 les trois années précédant la mise en place du dispositif, prouvant ainsi l’efficacité d’une prise en charge coordonnée et organisée. L’année 2012 connaît une augmentation soutenue du nombre de patients dirigés vers SOS Aorte."

 

Source: Web magazine de l'APHP (http://lewebzine.aphp.fr/sos-aorte-a-lhegp/)

Lire la suite

Première médicale française à l’hôpital Henri Mondor (AP-HP) : Une nouvelle stratégie thérapeutique pour le traitement des anévrismes aortiques thoraco-abdominaux à haut risque de rupture

24 Mai 2012 , Rédigé par Docteur Parissa Zandi Publié dans #Questions d'Actualité

Première médicale française à l’hôpital Henri Mondor (AP-HP) : Une nouvelle stratégie thérapeutique pour le traitement des anévrismes aortiques thoraco-abdominaux à haut risque de rupture

"L’équipe de Chirurgie Vasculaire de l’hôpital Henri Mondor, dirigée par le Professeur Jean-Pierre BECQUEMIN, en collaboration étroite avec les Radiologues Interventionnels, est parvenue à réaliser avec succès le premier cas français de pose d’endoprothèse avec quatre fenêtres confectionnées de façon à pouvoir traiter en semi-urgence un patient porteur d’un anévrisme thoraco-abdominal complexe en menace de rupture.

Les anévrismes touchant la portion d’aorte située à la jonction entre le thorax et l’abdomen, appelés anévrismes thoraco-abdominaux, sont un véritable challenge thérapeutique. La chirurgie ouverte traditionnelle est en effet à haut risque de complications pouvant conduire au décès. Il existe aujourd’hui une alternative : celle des endoprothèses fenêtrées ; celles-ci permettent de réduire les complications postopératoires notamment chez les patients fragiles.

Sous l’impulsion de l’équipe de Chirurgie Vasculaire de l’hôpital Henri Mondor (AP-HP), elles ont récemment obtenu une autorisation de mise sur le marché (AMM). Elles sont néanmoins soumises à deux problèmes d’envergure. D’une part, il s’agit d’une procédure chirurgicale complexe, qui n’est pour l’instant réalisable que dans un nombre limité de centres experts. D’autre part, la confection industrielle sur mesure des fenêtres dans l’endoprothèse est à ce point complexe que les délais de fabrication sont aujourd’hui de huit à six semaines, excluant de ce type de traitement une proportion importante de patients à risque imminent de rupture.

Pour ce premier patient, porteur d’un anévrisme thoraco-abdominal complexe en menace de rupture, trois jours de préparation ont été nécessaires. Deux opérateurs ont effectués des calculs de façon indépendante et ont ensuite confronté leurs données pour éviter toute erreur dans le positionnement des fenêtres. Une étape de simulation des étapes de l’intervention  a ensuite été réalisée la veille de la procédure en salle de radiologie interventionnelle. La confection par l’équipe chirurgicale des fenêtres dans l’endoprothèse et la mise en place de l’endoprothèse fenêtrée au niveau de l’aorte pathologique ont pu être effectuées avec succès dans le même temps opératoire, protégeant ainsi le patient du risque de rupture tout en maintenant le bon fonctionnement de l’ensemble des organes perfusés par l’aorte."

« La réussite d’une telle intervention ouvre des perspectives encourageantes pour le traitement des patients porteurs d’anévrysmes aortiques complexes,  en menace de rupture » indique le Professeur Becquemin.

Lire la suite

DON de sang du cordon

1 Décembre 2011 , Rédigé par Docteur Parissa Zandi Publié dans #Questions d'Actualité

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>