Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Docteur Parissa Zandi - Médecin Vasculaire / attaché à l'hôpital Européen Georges Pompidou de Paris - FRANCE

ASPIRINE en prévention de la maladie thrombo embolique veineuse

26 Septembre 2013, 08:04am

Publié par Docteur Parissa Zandi

ASPIRINE en prévention de la maladie thrombo embolique veineuse

D’après Brighton T, Eikelboom J, Mann K et al. Low-dose aspirin for preventing recurrent venous thromboembolism. N Engl J Med. 2012 Nov 22;367(21):1979-87

Les résultats de l’étude WARFASA (the Warfarin and Aspirin study)combinés à ceux de l’étude ASPIRE (Aspirin to Prevent Recurrent Venous Thromboembolism )publiées respectivement en mai et en novembre 2012 dans the New England  Journal of Medecine , tentent  à démontrer que:

 

l’aspirine (100 mg/j) administré après ARRÊT des AVK au bout de 18 mois de traitement

permet de prévenir les récidives de thromboses veineuses profondes

 

et

 

de réduire les évènements vasculaires majeurs.

 

avec un risque hémorragique 10 fois moins important que les AVK

avec une réduction de l'incidence de thrombose veineuse de 20% et d' embolie pulmonaire de 69%.

 

Voir les commentaires

Recomamndations Internationales concernant thrombose veineuse et CANCERS

26 Septembre 2013, 07:55am

Publié par Docteur Parissa Zandi

Recommandations internationales, résumé

Vous trouverez sur cette page le résumé et traduction des recommandations internationales, par P. Debourdeau et A Long.

Menu
1-Traitement initial de la MTEV (10 premiers jours)
2-Traitement au long cours de la MTEV (> 10 jours -> 3 à 6 mois).
3-Récidive de MTEV
4-Nouveaux anticoagulants oraux”
5-Prophylaxie de la MTEV en milieu chirurgical chez les patients atteints de cancer.
6-Prophylaxie de la MTEV en milieu médical chez les patients atteints de cancer
7-Situations spéciales”
8-Traitement de la thrombose veineuse sur cathéter central symptomatique.
9-Prophylaxie de la thrombose veineuse sur cathéter central

 


 
 
1-Recommandation pour le traitement initial de la MTEV chez les patients atteints de cancer

1- Les HBPM sont recommandées pour le traitement initial de la MTEV chez les patients atteints de cancer. [Grade 1B].
Valeurs et préférences : Les HBPM sont plus faciles à utiliser que les HNF

2- Le fondaparinux et les HNF peuvent être également utilisés dans le traitement initial de la MTEV chez les patients atteints de cancer. [Grade 2D].
Valeurs et préférences : Le fondaparinux est plus facile à utiliser que les HNF.

3- La thrombolyse de la MTEV constituée ne peut être décidée qu’au cas par cas chez les patients atteints de cancer, avec une attention extrême vis-à-vis des contres indications, notamment en cas de risque hémorragique (métastase cérébrale) [Avis d’experts basé sur le faible niveau d’évidence des publications de faible qualité et sur le haut risque d’hémorragie en cas de thrombolyse].
Valeurs et préférences : Un avis spécialisé est recommandé avant décision de thrombolyse.

4- La pose de filtre cave peut être envisagée dans le traitement initial de l’EP ou de la TVP chez le patient cancéreux en cas de contre indication aux anticoagulants ou de récidive d’EP malgré un traitement anticoagulant optimal. Une réévaluation périodique des contre indications est recommandée et les anticoagulants doivent être repris dès qu’ils sont sans danger. La pose de filtre cave n’est pas indiquée dans la prévention primaire de la MTEV au cours du cancer. [Avis d’experts basé sur le faible niveau d’évidence des publications de faible qualité et sur l’absence de données sur le rapport bénéfice / risque].
Menu


 

2-Traitement au long cours de la MTEV

1- Les HBPM sont préférées aux AVK pour le traitement de maintenance (10 jours à 3 mois) et au long cours (au-delà de 3 mois) de la MTEV chez les atteints de cancer
[Grade 1A].
Valeurs et préférences L’injection quotidienne d’HBPM peut représenter une contrainte pour les patients.

2 L’idraparinux n’est pas recommandé pour le traitement de maintenance (10 jours à 3 mois) et au long cours (au-delà de 3 mois) de la MTEV chez les patients atteints de cancer. L’idraparinux n’est actuellement pas commercialisé [Grade 2C].
Valeurs et préférences : L’idraparinux une injection par semaine est plus facile à utiliser que les HBPM ou l’HNF.

3 Les HBPM devraient être utilisées pour une durée minimale de trois mois pour traiter la MTEV constituée chez les patients atteints de cancer, cependant les patients ont été traités six mois dans les études les plus importantes sur la question. [Grade 1A].
Valeurs et préférences L’injection quotidienne d’HBPM peut représenter une charge pour les patients.

4 Après 3 à 6 mois de traitement, la décision de poursuivre ou d’arrêter les anticoagulants (AVK ou HBPM) doit être basée sur une évaluation individuelle du rapport bénéfice / risque, de la tolérance, de la préférence des patients et de l’activité tumorale [Avis d’experts en l’absence de données disponibles]
Menu

 


 

3-Recidive MTEV chez les patients atteints de cancer

En cas de récidive de MTEV, trois options peuvent être envisagées :
- arrêt des AVK et prescription d’HBPM chez les patients traités par AVK
- augmentation des doses d’HBPM chez les patients traités par HBPM
- insertion de filtre cave
[Avis d’experts basé sur le faible niveau d’évidence des publications de faible qualité et sur l’absence de données sur le rapport bénéfice / risque].
Valeurs et préférences : décision individuelle

Menu


 

4-Les nouveaux anticoagulants oraux Au moment de l’élaboration des recommandations, en l’absence de données concernant l’utilisation des nouveaux anticoagulants oraux pour le traitement de la MTEV chez les patients ayant un cancer, il n’a pas été possible d’émettre de recommandation.

Menu


 

5-Prophylaxie de la MTEV en milieu chirurgical chez les patients atteints de cancer. 1- L’utilisation des HBPM en une injection par jour ou de l’HNF en trois injections par jour sont recommandées pour prévenir la MTEV post opératoire chez les patients atteints de cancer ; cette prophylaxie médicamenteuse doit être débutée 12 à 2 heures avant l’intervention et être poursuivie au moins 7 à 10 jours. Il n’y a pas de données permettant d’affirmer la supériorité d’une HBPM sur une autre. [Grade 1A].
Valeurs et préférences : les HBPM en une injection quotidiennes sont plus faciles d’emploi.

2- Il n’existe aucune donnée justifiant l’emploi du fondaparinux comme alternative aux HBPM pour la prévention primaire de la MTEV post opératoire chez les patients atteints de cancer. [Grade 2C].
Valeurs et préférences : aucune.

3- L’utilisation de la dose prophylactique d’HBPM la plus élevée est recommandée pour prévenir la MTEV post opératoire chez les patients atteints de cancer. [Grade 1A].
Valeurs et préférences : aucune.

4- Une prophylaxie prolongée (4 semaines) peut être indiquée pour prévenir la MTEV post opératoire après chirurgie majeure par laparotomie chez les patients atteints de cancer qui sont à haut risque de MTEV et à faible risque hémorragique [Grade 2B].
Valeurs et préférences : durée plus longue d’injection sous cutanée.

5- L’utilisation des HBPM pour prévenir la MTEV post opératoire chez les patients atteints de cancer ayant une chirurgie laparoscopique peut être recommandée de la même façon qu’en cas de laparotomie [Avis d’experts basé sur une évaluation du rapport bénéfice risque en fonction du risque hémorragique].
Valeurs et préférences: injections quotidiennes
Coût : En fonction des pays, le prix des HBPM influence le choix

6- La prophylaxie mécanique n’est pas recommandée en monothérapie excepté quand les méthodes pharmacologiques sont contre indiquées. [Grade 2C].
Valeurs et préférences : pas d’injection.
Menu


 

6-Prophylaxie de la MTEV en milieu médical chez les patients atteints de cancer

1- La prophylaxie par HBPM, HNF ou fondaparinux est recommandée chez les patients atteints de cancer hospitalisés et à mobilité réduite [Grade 1B].
Valeurs et préférences : injection sous cutanée quotidienne
Coût : En fonction des pays, le prix des HNF, HBPM ou du fondaparinux influence le choix.

2- Pour les enfants traités pour LAL avec L-asparaginase, en fonction des pratiques locales et des caractéristiques des patients (taux de plaquettes, de fibrinogène et d’antithrombine III, fonction rénale), une prophylaxie peut être envisagée dans certains cas. Les mêmes options peuvent s’envisager chez les adultes. [Avis d’experts basé sur le faible niveau d’évidence des publications de faible qualité et sur le rapport bénéfice / risque dépendant des caractéristiques de chaque patient].
Valeurs et préférences: injections sous cutanées.

3- Chez les patients traités par chimiothérapie, la prophylaxie systématique n’est pas recommandée [Grade 1B].
Valeurs et préférences: injections sous cutanées.

4- Une prophylaxie primaire pharmacologique peut être indiquée chez les patients avec un cancer du pancréas localement avancé ou métastatique ayant un faible risque hémorragique.
[Grade 1B].
Valeurs et préférences: injections sous cutanées.

5- Une prophylaxie primaire pharmacologique peut être indiquée chez les patients avec un cancer du poumon localement avancé ou métastatique ayant un faible risque hémorragique. [Grade 2B].
Valeurs et préférences: injections sous cutanées.

6- Chez les patients atteints de myélome multiple et traités par IMIDs (thalidomide et lenalidomide) en association avec des corticoïdes et/ou une chimiothérapie (doxorubicine), une prophylaxie de la MTEV est recommandée; dans cette situation les AVK à doses réduites ou thérapeutiques, les HBPM à dose préventive et les faibles doses d’aspirine ont montré des effets similaires sur la prévention de la MTEV ; cependant l’efficacité réelle de ces schémas thérapeutiques restent à déterminer [Grade 2C].
Valeurs et préférences: injections sous cutanées.
Menu


 

7-Situations spéciales

1- Les tumeurs cérébrales ne sont pas en elles même une contre indication à un traitement anticoagulant pour une MTEV constitué [Grade 2C].

Valeurs et préférences: basé sur une évaluation clinique individuelle.

 

2- Les HBPM sont à privilégier pour le traitement d’une MTEV constituée chez les patients atteints de cancer avec une tumeur cérébrale. [Avis d’experts basé sur le faible niveau d’évidence des publications de faible qualité et sur une évaluation individuelle du rapport bénéfice / risque en fonction du risque hémorragique].

Valeurs and préférences: différentes suivant les membres du groupe de travail.

 

3- L’initiation des HBPM ou de l’HNF est recommandée en post opératoire pour la prévention de la MTEV chez les patients atteints de cancer ayant une intervention neurochirurgicale [Grade 1A].

Valeurs et préférences: injections sous cutanées.

 

4- En cas d’insuffisance rénale sévère (clairance créatinine < 30 mL min-1) l’HNF avec relais précoce par AVK (dès J1) ou les HBPM avec ajustement sur le taux d’anti Xa sont conseillées pour le traitement de la MTEV constituée chez les patients atteints de cancer. [Avis d’experts en l’absence de données et de connaissance du rapport bénéfice / risque dans cette situation].

 

5- Chez les patients porteurs d’insuffisance rénale sévère (clairance créatinine < 30 mL min-1), une compression veineuse peut être utilisée. La prophylaxie pharmacologique doit être envisagée au cas par cas et dans cette situation l’HNF peut être utilisée [Avis d’experts en l’absence de données, en fonction du rapport bénéfice / risque dépendant du niveau de risque de MTEV].

 

6- Chez les patients atteints de cancer avec thrombopénie, des doses pleines d’anticoagulants peuvent être utilisées pour le traitement de la MTEV constituée si le taux des plaquettes est supérieur à 50 GL-1 en l’absence de signe hémorragique. Pour les patients avec un taux de plaquettes inférieur à 50 GL-1, la décision du traitement et des doses d’anticoagulants doit être prise au cas par cas avec la plus grande précaution. [Avis d’experts en l’absence de données, en fonction du rapport bénéfice / risque dépendant des niveaux respectifs de MTEV et d’hémorragie].

 

7- Chez les patients atteints de cancer avec thrombopénie modérée, la prophylaxie pharmacologique peut être utilisée si le taux de plaquettes est supérieur à 80 GL-1 ; si le taux de plaquettes est inférieur à 80 GL-1, la prophylaxie pharmacologique doit être discutée au cas par cas et une surveillance rapprochée est recommandée. [Avis d’experts en l’absence de données, en fonction du rapport bénéfice / risque dépendant des niveaux respectifs de MTEV et d’hémorragie].

 

8- Chez les femmes enceintes atteintes de cancer, le traitement standard de la MTEV constituée et la prophylaxie habituelle peuvent être appliqués [Avis d’experts en l’absence de données, basé sur la contre indication des AVK pendant la grossesse].
Menu


 

8-Traitement de la thrombose veineuse sur cathéter central symptomatique.

1- Un traitement d’au minimum trois mois est recommandé pour les thromboses sur cathéter central symptomatiques ; dans cette situation les HBPM sont conseillées. Les AVK peuvent aussi être utilisés en l’absence de comparaison entre ces deux types d’anticoagulants.

[Avis d’experts].

Valeurs et préférences : nécessité d’injection sous cutanée avec les HBPM.

Coût : L’ablation du cathéter entraine un coût additionnel

 

2- Le cathéter central peut être laissé en place si il est fonctionnel, bien positionné, non infecté et si l’évolution des symptômes est favorable sous traitement anticoagulant.

Que le cathéter soit laissé en place ou enlevé, la durée du traitement n’est pas standardisée.

[Avis d’experts].

Valeurs et préférences : Aucune.

Coût : L’ablation du cathéter entraine un coût additionnel.
Menu


 

9-Prophylaxie de la thrombose veineuse sur cathéter central

1- L’utilisation d’anticoagulants n’est pas recommandée dans la prophylaxie de la thrombose veineuse sur cathéter central. [Grade 1A].

Valeurs et préférences : risque hémorragique avec les anticoagulants.

 

2- Le cathéter doit être insérés du côté droit, dans la veine jugulaire, l’extrémité distale du cathéter doit se situer à la jonction veine cave supérieure oreillette droite. [Grade 1A].

Valeurs et préférences : aucune.

Menu


 

D’apres THROMBOSIS AND CANCER INTERNATIONAL CLINICAL PRACTICE GUIDELINES

Copyright © 1093790 (OPIC 28/02/2012)

Traduction P. Debourdeau ERSM Sud est, Marseille, et Anne Long, Reims CHU

Voir les commentaires

Traitement innovant: Dilatation et pose de STENT au niveau des veines endommagées dans les suites de PHLEBITE

23 Mai 2013, 06:53am

Publié par Docteur Parissa Zandi

Traitement innovant: Dilatation et pose de STENT au niveau des veines endommagées dans les suites de PHLEBITE

Un traitement innovant contre les grosses jambes post phlébitiques

Voir les commentaires

Grand Prix de Fondation de France attribué au Pr Menasché (Chirurgie cardio-vasculaire HEGP)

28 Mars 2013, 08:45am

Publié par Docteur Parissa Zandi

Le Grand prix de la Fondation de France a été attribué en février 21013  au Pr Philippe Menasché, Professeur des universités (chirurgien thoracique et cardio-vasculaire), et directeur de l’unité Inserm 633 « Thérapie cellulaire en pathologie cardio-vasculaire » de l’hôpital européen Georges-Pompidou (AP-HP) qui a réalisé chez l’homme les premières greffes de cellules souches musculaires, les myoblastes, dans le myocarde. Cette utilisation des cellules souches embryonnaires se présente comme une perspective thérapeutique prometteuse de restaurer un myocarde malade.

 

Actuellement, l’équipe du Pr Menasché étend ses travaux à la thérapie cellulaire de malformations cardiaques congénitales de l’enfant. Elle a déjà montré que la greffe de cellules issues du cordon et combinées à un biomatériau spécifique donne des résultats très encourageants.

 

« L’espoir d’un cœur réparable pour des patients de tous âges se concrétise pas à pas ».

Voir les commentaires

Le syndrome de Marfan beaucoup mieux contrôlé

21 Mars 2013, 07:40am

Publié par Docteur Parissa Zandi

"Qu’est-ce que le syndrome de Marfan ?
Le syndrome de Marfan est une pathologie génétique rare, généralement liée à un défaut en fibrilline, une molécule qui se trouve dans tout l’organisme et participe à la solidité des tissus. Ce syndrome comprend des signes squelettiques, ophtalmologiques (pouvant conduire à la cécité), cutanés, neurologiques, et cardiaques qui sont les plus graves : le risque vital est lié à la dilatation de l’aorte, vaisseau principal de l’organisme, qui risque de disséquer, puis de se rompre.

Le point thérapeutique le plus critique est de savoir quand opérer ces patients pour remplacer la partie de l’aorte la plus fragile, pas trop tôt pour ne pas prendre de risque inutile, et pas trop tard pour éviter la dissection aortique.

 

 

 

Pourquoi effectuer une analyse de cohorte de patients ?

L’indication opératoire doit être posée quand le risque évolutif propre de la maladie le justifie. Or l’évaluation des risques chez un patient donné était difficile du fait de l’absence de cohorte de taille suffisante, suivie de façon optimale pendant un temps suffisant, avec les standards modernes de diagnostic, de prise en charge et de suivi.

 

 

 

Qu’ont permis de comprendre vos travaux ? Quels en sont les bénéfices pour les patients ?

A partir de la cohorte des patients venus au moins 2 fois au centre de référence (732 patients suivis en moyenne 6.6 ans), il a été possible de montrer que le risque de dissection de l’aorte augmente avec le diamètre maximal du vaisseau. Nous avons également pu évaluer ce risque et ainsi établir qu’une opération de remplacement de l’aorte ascendante se justifiait en règle générale lorsque le diamètre maximal de l’aorte atteignait 50mm.

Nos travaux montrent également qu’une prise en charge moderne, avec un suivi régulier, conduit à un risque de dissection aortique ou de décès brutal de l’ordre de 0.05 pour cent ans dans cette population autrefois considérée à pronostic réservé (50% de mortalité à 40 ans selon les premiers papiers). Ceci est en accord avec le gain de 30 ans d’espérance de vie au cours des 30 dernières années.Ces résultats ont été rendus possibles par l’accumulation d’une expérience importante, bénéfice à moyen terme du plan maladies rares, permettant les analyses d’un important fichier de patients.

Pr Guillaume Jondeau"

Voir les commentaires

Hyper Tension Artérielle Pulmonaire (HTAP) : découverte d’un marqueur génétique associé à une augmentation de risque

21 Mars 2013, 07:34am

Publié par Docteur Parissa Zandi

Un marqueur génétique localisé sur le chromosome 18, serait associé à un doublement du risque d’hypertension artérielle pulmonaire (HTAP). Un gène à proximité de ce marqueur est suspect d’être responsable d’une augmentation du risque de la maladie, selon une étude académique publiée dans Nature Genetics le 17 mars 2013.

htap43L’HTAP est une maladie rare et sévère qui touche spécifiquement les petites artères du poumon et entraine une défaillance cardiaque grave. Cette maladie touche préférentiellement la femme jeune et survient sans explication dans 50% des cas. En dehors des mutations identifiées principalement dans les formes familiales de la maladie, les autres facteurs de prédisposition génétique sont encore méconnus.

 

Ce résultat a été obtenu à l’issue d’un travail conduit par trois équipes françaises et qui a nécessité des collaborations en Europe et aux Etats-Unis. En étudiant des patients atteints d’HTAP pris en charge par les pneumologues du centre national de référence de l’HTAP de l’hôpital Bicêtre (équipe des Prs Gérald Simonneau et Marc Humbert, AP-HP, UMRS 999, Université Paris-Sud, INSERM, DHU-TORINO), les généticiens (équipe du Pr Florent Soubrier, UMRS 956) et biostatisticiens (équipe du Dr David Tregouët, UMRS 937) de l’hôpital Pitié-Salpêtrière (AP-HP, Université Pierre et Marie Curie, IHU-ICAN) ont mis en œuvre une analyse génétique portant sur plusieurs centaines de cas et de sujets contrôles. L’analyse a fait appel aux techniques de puces à ADN permettant d’étudier simultanément des centaines de milliers de marqueurs génétiques répartis sur tout le génome. Grâce à la collaboration internationale, ces chercheurs ont pu démontrer l’existence d’un marqueur génétique localisé sur le chromosome 18 dont la présence chez un individu multiplie par 2 son risque d’HTAP. Ce marqueur est situé à proximité d’un gène qui pourrait, d’après les travaux préliminaires de ces chercheurs, participer à un système de régulation vasculaire non encore décrit.

 

 

Références:

Voir les commentaires

Antécédent d’AVC et maladie coronaire : une combinaison fatale

8 Mars 2013, 08:21am

Publié par Docteur Parissa Zandi

Antécédent d’AVC et maladie coronaire : une combinaison fatale

Les maladies cardio et cérébro-vasculaires représentent les deux premières causes de mortalité au monde. Elles sont parfois associées chez un même patient et leur combinaison représente à la fois un risque considérable pour le patient et un défi thérapeutique.

 

L’équipe du service de cardiologie de l’hôpital Bichat et de l’Unité mixte Inserm 698 (AP-HP, Université Paris Diderot), en collaboration avec des équipes internationales a étudié une cohorte de patients atteints de maladie coronaire. Cette étude a mis en évidence chez les patients ayant des antécédents d’accident vasculaire cérébral (AVC) ou d’accident ischémique transitoire (AIT) non seulement un risque plus élevé d’événements cardio-vasculaires mais aussi d’événements hémorragiques, soulignant le défi thérapeutique que représente la prise en charge de ces patients. Les travaux ont fait l’objet d’une publication on-line dans la revue Circulation.

 

 

Donc en un maitre mot: 

PREVENTION

par le dépistage

des Facteurs de Risques:

 

- Hérédité

- une surcharge en mauvais cholestérol (LDL)

- le diabète

- le TABAGISME

- le surpoids

- une Hypertension

 

et dans le cas de présence de facteurs de risques: faire pratiquer par un médecin vasculaire une échographie des vaisseaux du cou pour dépister d'éventuelles plaques d'athéromes :

Le dépistage de ces plaques peut modifier votre traitement médicamenteux

ET

nécessiter une surveillance régulière de l'évolutin de ces plaques.

 

 

D’après une communication conjointe

Inserm / AP-HP / université Paris Diderot  ( communiqué de presse)

Voir les commentaires

Arrêter de fumer (2) suite et fin

11 Janvier 2013, 18:31pm

Publié par Docteur Parissa Zandi

Une adresse qui a fait ses preuves:

 

Dr Michel CHAST médecin généraliste sait - en UNE SEANCE UNIQUE - faire arrêter de fumer.

Nombreux sont les témoignages de mes patients.

Adresse 13 rue du TRONCHET 75008 PARIS

TEL: 01 47 42 72 46

 

Je tiens à mettre cette adresse. Je suis si en colère qu'aucun gouvernement nulle part au monde n'interdise la vente de ce fléau dont les méfaits sont bien connus aujoiurd'hui et sans conteste.

 

J'ai de la peine de constater  nos enfants se mettret à fumer si jeune .....

 

Faites vous faire un contrôle de vos artères par échographie doppler même quand vous avez arrêté de fumer - pour un "état des lieux" préventif.

 

 

Voir les commentaires

Danger de Mutualisation du systeme de soin en France

26 Novembre 2012, 01:03am

Publié par Docteur Parissa Zandi

Français

savez  vous que le gouvernement veut instaurer un parcours de soin obligatoire pour les patients à partir de 2013 - les obligeant de voir avec leur Mutuelles: leur liste de médecins chez qui vous pouvez consulter pour être remboursé?!!

 

par ailleurs d'autres mesures sont prises pourque les médecins ayant besoin d'équipements pour exercer leur métiers ne puissent plus rentrer dans leurs charges - les obligeant de mettre la clé sous la porte pour devenir salariés de mutuelles?!!!

 

pour en savoir plus link

 

Si vous voulez garder votre liberté dans le choix des médecins et dentistes que vous voulez consulter;

si vous voulez préservez ce que le monde entier a jusqu'à présent envié à la France: son systeme de soins solidaire et de qualité

venez à la manifestation prévue dimanche 02/12/2012

à 14H à Paris devant le SENAT pour marcher jusqu'à la MUTUALITE pour protester.

 

Les suisses ont  refusé ce syteme par REFERENDUM ....

 

http://www.lematin.ch/suisse/Les-reseaux-de-soins-essuient-un-cuisant-echec/story/24866646

Voir les commentaires

Laser VASCULAIRE

30 Octobre 2012, 08:21am

Publié par Docteur Parissa Zandi

 Qu'est ce que le laser Vasculaire?

Les lasers que j’utilise sont:

- le Laser à Colorant Pulsé / appareil V Beam Perfecta de Candela - émettant une lumière verte (longueur d’onde : 595 nm) dont l’énergie est absorbée sélectivement par l’hémoglobine (pigment rouge des vaisseaux). Ce laser très spécifique permet de traiter les tâches ROUGES  vasculaires étendues sans endommager les structures avoisinantes de la peau.

 

- le laser KTP/ appareil diode LASERING -  émettant une lumière verte (longueur d’onde : 532 nm) dont l’énergie est absorbée sélectivement par l’hémoglobine (pigment rouge des vaisseaux) et par la mélanine. Ce laser permet de traiter les varicosités ROUGES ainsi que des taches pigmentaires de la peau.


 Que peut-on traiter avec ces lasers?

- le Laser à Colorant Pulsé  est le traitement de choix :

Des angiomes plans de naissance (ou taches de vin) traitement possible dès 3 mois de naissance

De la couperose

 
- le laser KTP   est le traitement de choix :

- Des varicosités rouges

- Des angiomes stellaires des ailes du nez
Des angiomes rubis
Des cicatrices brunes inesthétiques post opératoires

- Des taches pigmentaires de la peau comme les taches de vieillesse et des taches de rousseur

 

 Combien de séances sont nécessaires?

Erythrose et/ou Couperose :
Il s’agit d’une maladie vasculaire de la peau avec une dilatation permanente des petits vaisseaux sanguins ou capillaires – survenant sur un terrain prédisposé.
 
On distingue DEUX formes de couperose :

La COUPEROSE VRAIE
Les vaisseaux présentent des trajets fins individualisés sur la surface de la peau.

L’ERYTHROSE
Se caractérise par une rougeur diffuse.
Sur l’érythrose, apparait au fil des années des capillaires visibles à l’œil formant des petits « cheveux rouges » ou « télangiectasies ». On parle alors d’érythro-couperose.

A chaque stade, il peut être associé à des bouffées vaso-motrices ou flushs pouvant revêtir l’aspect de « bouffées de chaleur ». Ces flushs surviennent généralement à chaque changement de température (passage d’une atmosphère froide à une atmosphère chaude), l’exposition solaire, ainsi que la consommation d’alcool même en petite quantité, la consommation de boissons chaudes ou de plats épicés.


Le Laser à Colorant Pulsé est  le seul laser qui efface l’érythrose souvent associé à la couperose.

En général après un premier passage, on constate une nette atténuation de la rougeur.

L’action sur les flushes (rougissement brutaux et transitoires) est plus modérée mais réelle.

Le but du traitement est de provoquer la destruction ciblée des vaisseaux sanguins dilatés.
Deux modes opératoires possibles :
Soit en chauffant progressivement les vaisseaux (photo coagulation)
Soit en provoquant leur éclatement (photo-thermolyse) :

Environ 5 séances espacées d’au moins 6 semaines.

En moyenne, un traitement
SANS purpura peut nécessiter jusqu’à 5 séances espacées de 2 mois.

AVEC purpura, une à trois séances peuvent être suffisantes.

 

Angiomes plans :
Environ 7 à 12 séances espacées de 3 mois.
L’éclaircissement de l’angiome plan se fait progressivement mais aboutit rarement à une disparition totale surtout s’il est épais.

 

Angiomes stellaires :
1 à 3 séances espacées de 4 à 6 semaines. Les échecs sont possibles si l’angiome est très épais ou possède un gros pédicule vasculaire.

 

Varicosités :
le nombre de séances dépend de l'étendue des lésions / séances espacées de 4 à 6 semaines.

 

taches rubis - taches pigmentaires :
le nombre de séances dépend de l'étendue des lésions habituellement 1 à 3 / séances espacées de 4 à 6 semaines.

 

 

 

 

Combien de temps dure une séance?
- 20 à 60 minutes en fonction de la surface à traiter.

 

 

 

La séance est-elle douloureuse?
 Le tir laser provoque une sensation de « coup d’élastique » accompagnée d’une légère sensation de brûlure locale.

Le laser V-Beam est équipé d’un système anti douleur très efficace qui refroidit la peau permettant d’augmenter le confort et empêchant les risques de brûlure.


 

Quelles réactions après une séance?

Les réactions immédiates sont variables suivant les réglages utilisées :

- Rougeur avec sensation d’échauffement pendant 2 à 3 jours.

- Gonflement ou œdème, surtout sous les yeux (où la peau est plus fine) pendant 48H.

- Parfois en cas d’atteinte importante – je pourrais proposer un traitement avec survenue d’un « purpura » (ecchymoses) au niveau des zones traitées qui peut durer 10 à 15 jours / avec éviction sociale nécessaire – mais garantissant une efficacité réelle.

- Exceptionnellement, des croûtes et des bulles apparaissent – elles vont disparaitre en 1 à 2 semaines.
- Quelques fois une hyperpigmentation brune modérée apparait et s’estompera en 2 à 6 mois.

- Les hypo pigmentations sont extrêmement rares et toujours transitoires.

- Il n'y a jamais de cicatrices chéloïdes .


Les résultats sont visibles dans un délai de 6 à 8 semaines et peuvent s’optimiser en 4 mois.

 

 Quelles sont les précautions AVANT une séance?

Le laser s’effectue sur une peau NON bronzée (risque de brûlures ou de colorations).

Il faut éviter le bronzage et les UV (délai de 1 mois AVANT et 1 mois APRES).

Il faut arrêter les médicaments « photo sensibilisants » quelques jours avant la séance.

L’aspirine et les traitements anticoagulants majorent le PURPURA provoqué par le traitement laser / mais ne sont pas des contre-indications absolues.

 

 

Quelles soins APRES la séance?

Ces recommendations sont uniquement pour le laser à Colorant Pulsé:

- Le jour de la séance : application d’une vessie de glace sur la zone traitée.

- Des pulvérisations d’eau thermale peuvent être renouvelées à volonté.

- Dormir la tête sur élevée (oreillers supplémentaires) les 3 nuits suivants.

- Un écran total indice 50+ SFP à appliquer régulièrement sur les zones traitées exposées au soleil.

- Un maquillage camouflage est parfaitement possible tout de suite après le laser.

 

 Prise en charge par la sécurité sociale?

Malgré son efficacité reconnu - seul l’angiome plan est pris en charge par la sécurité sociale.

 

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>