Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Le prix Nobel de médecine 2007 a été attribué à deux Américains, Mario Capecchi et Oliver Smithies, et à un Britannique, Martin Evans, pour des travaux sur la création de souris transgéniques qui ont ouvert un nouvel horizon à la recherche sur des maladies graves.

Manipuler génétiquement des cellules souches embryonnaires de souris

Schéma illustrant les travaux sur la création de souris mutantes

 
     



Les lauréats du prix Nobel de médecine 2007 sont à l'origine d'une technique devenue indispensable et qui a permis de créer plus de 4 000 souris génétiquement modifiées reproduisant des modèles de pathologies humaines. Leurs découvertes « sont à présent appliquées quasiment dans tous les domaines de la biomédecine – de la recherche fondamentale au développement de nouvelles thérapies », a indiqué le comité Nobel.

Leurs travaux ont permis de mettre au point la technique du ciblage de gène souvent appelée «knock-out» de gène, c'est-à-dire sa neutralisation, ce qui peut permettre de réparer génétiquement des cellules malades. À ce jour, plus de 10 000 gènes de souris, environ la moitié du génome des mammifères, ont été mis «K.O.».

Pour le comité Nobel, les découvertes des trois biologistes récompensés « ont permis de mettre au point une technologie d'une immense importance » pour cibler les gènes de souris. « Les bienfaits pour l'humanité vont continuer à augmenter dans les années à venir. »

Le champ d'application de ces découvertes est multiple pour l'homme, notamment pour trouver des traitements de maladies dégénératives comme la maladie d'Alzheimer, mais aussi des médicaments contre le cancer, le diabète et les maladies cardiovasculaires.

 

Deux Américains…

Mario Capecchi
 
     

Mario Capecchi, 70 ans, d'origine italienne - Professeur en Génétique Humaine et Biologie à l'université de l'Etat de l'Utah à Salt Lake City, 

Oliver Smithies, 82 ans, né en Grande-Bretagne - Professeur en Pathologie et Médecine de Laboratoireà l'Université de Caroline du Nord à Chapel Hill.

Ils ont tous deux émigré aux États-Unis.

Les deux lauréats ont eu l'idée qu'il était possible de réparer des gènes en utilisant une méthode dite de «recombinaison homologue».

Oliver Smithies
Regarder la photo
     

Cette méthode consiste en un échange d'information génétique (fragment d'ADN, par exemple) qui permet, dans le cadre des expériences sur les souris, de modifier spécifiquement un ou plusieurs gènes.

 

… et un Britannique

Sir Martin Evans
Regarder la photo
     

Le Britannique Martin Evans, 66 ans, est professeur de génétique à l'Université de Cardiff. Dans les années 80, il a isolé des cellules souches embryonnaires de souris et a travaillé sur des cellules de souris cancéreuses.

Le chercheur britannique a appliqué le ciblage de gène sur des souris pour travailler sur des maladies humaines comme la mucoviscidose ou encore l'hypertension et l'artériosclérose


Pour Mario Capecchi, leurs découvertes devraient permettre aux hommes « d'avoir de meilleurs médicaments et de mener à l'avenir des vies en meilleure santé »
Les trois chercheurs avaient déjà reçu ensemble en 2001 le prix américain Lasker, souvent considéré comme l'antichambre du Nobel.

 

Chantal Le Restif - AFP