Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Docteur Parissa Zandi

Mon expérience personnelle en SUISSE - Canton de Vaud - Lausanne

Drapeau-suisse.jpg
1994 j’ai passé une année en Suisse en tant que Médecin Assistant dans l’objectif de suivre une formation en Chirurgie. J’étais reçue au CHU du canton de VAUD à Lausanne.



Hôpital Cantonal de Lausanne - CHUV
CHUV-4.jpg












Cela date maintenant d’il y a plus de 10 ans – mais des différences étonnantes tant sur le cursus des études médicales tant sur la prise en charge du malade m’ont surprises.

Lausanne à environ 4H de TGV de Paris – au cœur de l’Europe – Suisse francophone. Je m’attendais à trouver en Suisse – rien de bien différent que ce que je connaissais de la faculté de médecine de Paris et des hôpitaux parisiens.
 
Je suis partie avec ma Peugeot 309 Grande Routière avec à bord tout ce que je possédais. Je prenais avec moi une lithographie du musée Carnavalet reproduction du texte « les Droits de l’Homme et du Citoyen »  de 1789. La chirurgie... Tout ce dont je rêvais…..
 

Premère partie : L’installation 

Le CHU du Canton de Vaud possède des immeubles dispersés dans la ville – et loue des appartements. J’avais loué un de ces appartements. Situé à 10 minutes à pieds de l’hôpital – au dernier étage d’un immeuble de 5 étages avec vue exceptionnelle sur la vieille ville - sur le lac Léman et de loin on voyait un bout de la France de l’autre côté du lac. Avec un parking. 

Lausanne - vue sur la vieille ville enneigée
Lausanne-vieille-ville-eneigee.jpg









<---


Surprises surprises :
Tout d’abord  – il me fallait un lit
J'ai donc acheté un lit en lattes après avoir déchargé la voiture. J'ai trouvé un lit en solde en lattes de bois Suisse bien sûre dans un magasin dans une zone industrielle de banlieue de Lausanne (en piochant dans mes économies de salaires de Ex Médecine Assistant français) - sans matelat. Et j'ai trouvé un matelat adapté également en solde dans une autre zone industrielle de banlieue de Lausanne. J'ai surtout veillé à bien choisir le matelat - en l'essayant à chaque fois (je ne vous dit pas la surprise des suisses devant la femme qui se couche sur tous les matelats exposés ....) parce qu'une bonne nuit de sommeil tous les jours .... c'est indispensable! J'ai loué une camionette pour les transporter des magasins jusqu'à chez moi.
Quelle épopée ce lit !
Aucun lit ne rentrait dans l’ascenseur de l’immeuble – et l’étroit escalier en colimaçon ne permettait pas non plus de le monter. Comme j'avais acheté les deux articles en soldes ils n'étaient ni repris ni échangés .....
J’ai dû repartir acheter 35 mètres de corde d’alpiniste dans un magasin de sport en banlieue de la ville pour pouvoir faire rentrer le lit par la fenêtre…… ( suivre flèche rouge  <--- )

Escalade
escalade-immeuble.jpg









Quant au Parking – on m’avait dit que le parking n’était pas le parking de l’immeuble mais se trouvait à proximité : oui effectivement à plus de 10 minutes en voiture. Donc 45 minutes à pieds en altitude en pente descendante pour se rendre de son parking à sa maison.
   

Lausanne - Vieille Ville - Lac Leman et Alpes
Lausanne-vue.jpg 












Je n’ai gardé cet appartement que 3 mois – le temps de respecter le préavis de départ ! Malgré la vue imprenable, l’eau des pluies diluviennes pénétraient par les fenêtres – de plus les peintures venant d’être refaites – il y régnait une odeur de peinture, linoléum et produits divers que je supportais pas….. J’ai dormi pratiquement 3 mois sur une chaise d’une salle de réunion dans le service.
 
J’ai trouvé non sans peine un autre appartement dans un quartier sous la gare, entre la gare et le lac. Les annonces ne manquaient pas mais je ne connaissais pas Lausanne et ses quartiers – je ne connaissais personne sur place. J’avais vécu à Paris où le terrain est plat et les hivers moins vigoureux. Le second appartement fut superbe dans un vieil immeuble sans ascenseur avec beaucoup de charme et la cage d’escalier était royale. J’en garde un excellent souvenir. Le lit fut donc redescendu avec la corde d’alpiniste par la fenêtre et rentra dans le nouvel appartement, comme tout le monde par l’entrée. De plus j’avais une place de stationnement dans le parking de mon immeuble. Ce qui était une bénédiction. Je me rendais à pieds l’hiver à l’hôpital. La neige et le verglas entraînaient des accidents – c’était plus prudent.
 
-         Les courses alimentaires :
J’avais l’habitude des supermarchés parisiens avec pléthore de nourriture – diversité de fromages, de viandes, de fruits, de légumes ….. En Suisse il y avait essentiellement le MIGROS où on trouve les denrées de base alimentaire mais pas autant de variété de nourriture. Je faisais mes courses à La COOP plus varié que les autres supermarchés mais il n’y en avait qu’un à Lausanne et heureux hasard – celui là se trouvait pas loin de chez moi.
 
-         L’abri anti atomique :
En Suisse – tout le monde est sensé connaître son abris anti atomique. Dans la mesure où je vivais dans un vieil immeuble, mon abri anti atomique se trouvait ailleurs. Les constructions neuves sont toutes munies de bunkers. C’est une des raisons pour lesquelles le prix des habitations est si élevé en Suisse. Par ailleurs, en prévention d’une guerre quelconque chaque personne est tenue d’avoir en réserve à son domicile une certaine quantité d’aliments de base en réserve.

Nuage atomique - Lac de Neuchâtel
Nuage-atomique-lac-de-Neuch--tel.jpg












Régulièrement au CHU à l’Hôpital – il y avait des entraînements pour alerte anti atomique également. Ces entraînements se faisaient sans pagaille aucune – avec déplacement des lits des malades etc …
 
 
-         La taxe sur la radio:
En suisse – on payait une taxe sur la radio (transistore à la maison) …. ! 



-         Les impôts: 
En suisse - on peut demander à être imposé "à la source".




A suivre .... 
Deuxième partie : L’organisation Suisse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :