Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Docteur Parissa Zandi

afghanistan-3.jpgQue vient faire l’Afghanistan dans le jazz de la rue de Lombards et de la radiologie cardio vasculaire de pointe d’HEGP ?
" Muriel Robin et Marine Jacquemain ont été initiatrices de la construction d’un hôpital pour enfants à Kaboul. J’ai été questionné à l’HEGP, alors que j’étais encore chef de clinique sur le fonctionnement du scanner de notre service. Il était question de prévoir un scanner pour le projet d’Hôpital pour les enfants malades de Kaboul. Deux ans plus tard je partais en tant que coordinateur du département de radiologie de la FMIC (French Médical Institut for Children) de Kaboul = l’Hôpital construit grâce à la générosité et aux donations des français à la Chaîne de l’Espoir.
En 5 ans, je suis parti en tout 4 fois à Kaboul pour des séjours de durées d’une à trois semaines

Je gère beaucoup de choses à distance d’ici grâce aux nouveaux moyens de communication d’ici. 
Là bas, nous sommes logés dans une zone sécurisée au sein de l’hôpital dans une guest-house.

         Vue Satellite - Afghanistan
afghanistan-7.jpgQuelle a été la première chose à la quelle vous pensiez en y allant la première fois avant d’atterrir ? "L’excitation de la découverte de l’inconnu? Assez rapidement on croit halluciner à la vue de paysages de désolation et de ruines...




Sanctuaire Buddhiste de Bamiyan
Afghanistan-1.jpgPeu à peu, l’immaculé qui transpire de cette nature vierge de toute modernité ....
 





Band E Amir
Bande-Amir.jpgla lueur d’amour et d’espoir des regards pénétrants des afghans, de beaux yeux très expressifs parfois clairs que l’on croise si loin de nos cosmopôle pointues …. nous paraissaient comme des images de paradis terrestre.
 
      Le faite de parler le persan a été une bénédiction pour moi."

 
Quelle a été votre première pensée à votre retour à Paris lors de votre dernier voyage à Kaboul ?
"Mon dernier voyage (novembre 2007) a été particulièrement émouvant. On m’avait réservé un accueil particulièrement chaleureux et fraternel.   

Un film est passé en éclair devant mes yeux – les images de cet hôpital vide quand nous avons investi les lieux il y a 2 ans et demi, les peluches que nous avions suspendu à des fils pour réconforter les enfants malades étaient toujours là…. La radiologie n’existait pas du tout à Kaboul. Nous avons depuis formé des médecins impliqués dans la radiologie à l’université de Kaboul et un afghan qui est depuis un an en formation en France. Maintenant le service est super fonctionnel, il y a plus de 100 consultations par jour. Les médecins et techniciens sur places ont fait beaucoup de progrès et continuent à être motivés et de profiter des missions de formation qu’on envoie principalement de la France, grâce à des radiologues ou manipulateurs bénévoles.
Cette motivation a fait qu’on y a ajouter un scanner 16 détecteurs (très moderne, arrivé en France il y a 4 ans), dejà fonctionnel !  

Bouddha géants de Bamyian
Dans l’avion de retour, je me disais que les médias ne mettent les projecteurs que sur ce qui ne va pas. Sur place, on se rend compte de ce qui avance aussi malgré tout dont on ne parle pas.
Ces manifestations de gratitude et d’amour en retour de notre contribution – tout ce qu’on pu accomplir nos missionnaires en collaboration avec les afghan sur place, leur motivation et leur désir d’aller de l’avant – toute cette émotion qui se trouve à la fois dans le DON et le retour en reconnaissance donne envie de retourner et de poursuivre à prendre cette main qui reste tendue vers nous après ces deux ans

Lors de mon retour je pensais aussi au soutien de la femme que j’aime, notre amour s’étant tissé notamment autour de ce projet."

M. le Pr Alain Deloche
Président de La Chaine de L'Espoir
 la-chaine-de-l-espoir.jpg